Ministère des Affaires Etrangères, de la Francophonie et de l’Intégration Régionale, Chargé des Gabonais de l’Etranger

Sceau de Republique Gabonaise

CEEAC/fin de la 7è Session Extraordinaire du conseil des ministres des pays membres

Logo

CEEAC/fin de la 7è Session Extraordinaire du conseil des ministres des pays membres

 

Zone de libre-échange: objectif le 31 décembre 2017 au plus tard

 

Le Conseil des ministres de la CEEAC s’est achevé le samedi 29 avril 2017. L’ordre du jour arrêté a porté sur la réforme institutionnelle, la Zone de libre-échange, les questions budgétaires et financières et une communication sur la situation politique en République Démocratique du Congo.

 

S’agissant du premier point, le Conseil a convenu de soumettre au chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, président en exercice de la CEEAC, un projet de décision portant création, organisation et fonctionnement du Comité de pilotage et ses mécanismes de fonctionnement. A cet effet, les ministres ont insisté sur la nécessité de se conformer à la feuille de route élaborée, aux fins d’accélérer le processus de réforme de la CEEAC et a adopté un budget opérationnel de un milliard neuf cent vingt millions sept cent deux mille (1 920 702 000 francs CFA).

 

Pour ce qui est de la Zone de libre-échange (ZLE), le Conseil, après avoir pris bonne note de l’état d’avancement de sa mise en œuvre, a exhorté les Etats qui ne l’ont pas encore fait, à redoubler d’effort et à accélérer les procédures relatives à l’insertion du Tarif préférentiel (TP/CEEAC) dans leurs lois de finances, d’accélérer la mise en place du mécanisme de financement autonome et des comités nationaux d’agrément des produits industriels  aux TP/CEEAC, afin que la ZLE soit effective au plus tard le 31 décembre 2017.

 

Le Conseil a ensuite instruit le Secrétariat général de redynamiser le Comité de suivi de la mise en œuvre du plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale (PDCT-AC), dans l’optique de l’organisation de la table ronde des bailleurs de fonds consacrés aux projets prioritaires, en vue d’accélérer la réalisation des infrastructures nécessaires à la libre-circulation des produits. Et d’engager des réflexions et les actions nécessaires pour identifier et présenter des options réalisables sur les moyens d’éliminer les barrières non-tarifaires et stimuler les échanges commerciaux entre les Etats membres.

 

Abordant la problématique relative aux questions budgétaires et financières, le Conseil a recommandé au président en exercice de reconduire le montant du budget de l’exercice 2015 au titre de l’année 2017, en y incluant le budget découlant de la réforme institutionnelle, compte tenu des impondérables. Avant de valider le projet de décision modifiant la Décision n° 30/CEEAC/CCEG/XIII/07 du 30 octobre 2007, fixant la clé de répartition des contributions annuelles des Etats au budget de l’organisation. La nouvelle clé de répartition qui sera soumise au président en exercice pour adoption se présente comme suit : Angola, Cameroun, Gabon, Congo, Guinée Équatoriale 11%, RD Congo, Tchad, Rwanda 10%, Burundi , RCA et Sao Tomé et Príncipe (5%).

 

A l’issue des travaux, le conseil des ministres a exprimé sa gratitude à Ali Bongo Ondimba, en sa qualité de président en exercice de la CEEAC pour son leadership et son engagement constant en faveur de l’intégration régionale en Afrique centrale.

 

 

 

 

 

Publié le : 15 / 05 / 2017